Georges Courteline – Écrivain – Lettre Autographe Signée

1917

Longue et intéressante Lettre Autographe Signée

sur la guerre de 14-18

« G. Courteline »

Georges Courteline

Écrivain

350

Disponible

Catégories : ,

Description

« Inutile de vous dire, cher ami, que quand vous recevrez cette lettre, Noblet sera en possession de la vôtre. Le charmant comédien habite Palais de l’Aurore, boulevard d’Italie, a Monte Carlo. […] quand à moi, je suis à ce point envahi de douleurs que c’est comme si j’étais passé par une machine à foutre des coups […] « Ah vieillesse ennemi » dit Don Diégue. Le grand événement aura lieu vers la fin de juillet ou le commencement d’août. Où en serons nous alors de cette guerre fabuleuse ? […] J’attends la fin comme une brute avec la vague idée qu’elle ne viendra jamais. Les hauts et les bas alternés de ce monstrueux cataclysme me donnent l’impression que je vis dans un ascenseur détraqué qui tour à tour m’enlève au 40e d’un gratte-ciel, retombe de là dans la cave, repart, redégringolle, remonte, et comme ça pendent des semaines et des mois ! […] Et ces cochons de Russes qui tirent des plans pour nous plaquer au moment ou l’Amérique se met du côté du bon droit ! […] Au fond suis convaincu que cette guerre prendra fin quand le monde entier aura pris feu ! […] La volonté, la seule volonté d’un monstre couche tous les jours 6000 hommes au moins au tombeau … Mais je vous attriste inutilement avec mes paroles perdues. Consacrons la place dont je dispose encore à une petite quitté. […] Les turbulentes midinettes sont enfin rentrées dans le droit gazette, succincte et galopée, de la vie que même Paris depuis que vous l’avez chemin. Les journaux de ce matin annoncent la mort de Silly. « Silly s’en va, mais Schneider continue » Hein ? un joli refrain de ballade ! J’en ferai cadeau à Hugues Delorme, qui l’utilisera mieux que mol. Le pain est tous les jours un plus noir que la veille et les chauffeurs d’autos un insociables, […] Quoi encore ? Paris regorge de soldats russes (…). Paul Mounet complètement rétabli, porte maintenant une moustache farouche qui le fait ressembler d’une façon surprenante au maréchal Hindenbourg ; La censure continue à être exercée par d’extraordinaires idiots ; La philosophie de Georges Courteline se vendrait à peu près bien si la crise du papier ne venait se greffer frileusement sur celle des transports, on parle de mettre à 4 f. les volumes vendus jusqu’ici 3.50 7. Porto Riche écrit une pièce pour Marjel et on on a supprimé, place du théâtre français une pissotière qui était pourtant bien utile… »

Georges COURTELINE est né en 1858 à Tours,  † en 1929
Écrivain, Membre de l’Académie Goncourt

Excellent état (voir photos) – 4 pages – Dimensions : 12,5 x 17 cm