Louis Jerome Gohier – Pièce Signée – Décret sur l’Enseignement de la langue française – 1794

18 Février 1794

Pièce Signée

Louis-Jérôme Gohier 

gohier autographe

Décret de la Convention nationale

« SUR LES IDIOMES ÉTRANGERS &

L’ENSEIGNEMENT DE LA LANGUE FRANÇAISE ».

300

Disponible

Catégorie : Étiquette :

Description

Révolution Française
Pièce signée en qualité de président du Conseil exécutif provisoire
Paris,30 pluviôse an II (18 février 1794). bel en-tête gravé sur cuivre de ministre de la Justice du Conseil exécutif provisoire »
(Cette Vignette emblématique est répertoriée CB No 68 dans le  livre des Vignettes Emblématiques) (* Voir analyse) 
Grande estampille encrée rouge au nom de la République française ».
Décret de la Convention nationale de ce jour « SUR LES IDIOMES ÉTRANGERS & L’ENSEIGNEMENT DE LA LANGUE FRANÇAISE ».
Un des exemplaires adressés par l’exécutif pour le faire consigner dans les registres, lire, publier
& afficher, & exécuter dans leurs départements & ressorts respectifs ».

Signé par Gohier .

Louis-Jerome Gohier , député , Président du Conseil Exécutif puis du Directoire lors du Coup d’Etat du 18 Brumaire qu’il n’approuvera pas .

Bonaparte ne lui en voudra pas et le jugea comme « intègre et franc » . Il le fit Consul de France à Amsterdam.

.
Beau document, imprimé sur vergé fort dans un format solennel inhabituel.
EXCELLENT ETAT . 1 p. 1/4 grand in-folio imprimée
______________________________________________________
(*) Une analyse de la vignette  réalisée pour exalter les idées républicaines naissantes.

Une inspiration antique …

Une déesse (certainement Thémis), la Justice, aveugle (les yeux bandés) donc impartiale, tenant — très classiquement — d’une main la balance, de l’autre le glaive (qui s’appuie sur la Loi et la République) , se détache sur un soleil rayonnant (lumière éclairant les ténèbres de l’ancien régime) au milieu d’attributs évocateurs de la force nécessaire à son accomplissement :

Drapeaux et canon, d’une part, et de l’autre, lion et pyramide (= stabilité et réminiscence de l’Egypte redécouverte au XVIIIe siècle).

Le Lion protège le faisceau (dont l’union fait la force des éléments qui le compose)

La pyramide représente la Constitution avec l’indication (Liberté , Egalité : 10 Aout 1792)