Luce de Casabianca , député de la Corse à la Convention , Superbe lettre sur la prise de Toulon

7 Décembre 1793

Superbe Lettre autographe signée

Luce de Casabianca

« Luzio »

casabianca autographe

à Christophe Saliceti

sur la prise de Toulon

500

Rupture de stock

Catégorie : Étiquette :

Description

Paris , 7 décembre 1793.
Superbe lettre sur la prise de Toulon (où combattit Bonaparte).
« Paris le 17 frimaire An 2 de la république
deposuit potentes de luce et exaltavit humiles
Hier nous apprîmes avec bien de la joie les succès des armes de la République devant la perfide toulon. Nous nous sommes glorifiés de la gloire de nos compatriotes , peut être a t’on remarqué que les plus grands éloges étaient pour les Corses seuls.On a jasé sur la réponse de Dugommier par rapport au chirurgien anglais. Je crois que j’aurais dit : « nous avons des chirurgiens et des remèdes pour nos frères d’armes et pour nos prisonniers blessés, ton général sera pansé à son tour  » L’Esprit Républicain se forme , le laconisme et la rigidité doivent en faire partie. » …
sois toujours franc , ferme , actif et sans-culotte , fais tout le bien que tu pourras , éloignes le mal partout où tu le verras et dors tranquille. Le vin est tiré , il faut le boire.Il y aurait mauvaise grace me semble t’il à solliciter ton rappel à la Convention. On sait trop bien que tu es utile devant Toulon, ce serait aussi un mal pour nos affaires de Corse à Paris….
… salut et fraternité à tous, je t’embrasse.
Luzio .« 
__________________________________________________________________________
Luce de Casabianca,  marin corse fut député à la Convention puis aux Cinq-Cents, et, reprit ensuite du service dans la Marine : capitaine du vaisseau l’Orient, sur lequel Bonaparte partit pour l’Égypte, il mourut lors de la bataille navale
d’Aboukir.
Joint, une gravure de l’époque rehaussée de couleurs représentant cet événement.
__________________________________________________________________________
Christophe Saliceti , Député de la Corse à la Convention , représentant en mission devant Toulon ,  c’est lui qui  nomme Napoléon Bonaparte , commandant provisoire de l’artillerie à l’armée assiégeant Toulon et permet ainsi à l’Aigle de commencer son vol…