Marie LAURENCIN – Lettre autographe signée à son amie George-Day [.. Gallimard – Paulhan]

Lettre autographe signée

Marie LAURENCIN 

marie-laurencin

à son amie George-Day

(issue d’une correspondance)

« Gallimard ne m’étonne pas, je ne compte pas pour eux, pas assez cérébrale ni existentialiste pour ces bourgeois,

même pour Jean Paulhan… »

300

Disponible

Description

[Paris]  » mercredi matin  » .

« Ma chère amie, non, tranquillisez-vous, je vais tout à fait bien, mais toujours surprise par le téléphone je n’avais pas consulté le livre de rendez-vous, et on ne peut remettre deux médecins qui se rencontrent. Oui, il faut nous voir pour le livre [Marie Laurencin de George-Day, qui paraîtrait en 1947] – les éditeurs ne sont pas des plus sympathiques, obligeant les acheteurs à aller chez eux, puisqu’ils n’en déposent dans aucune librairie. Ils n’ont qu’à l’augmenter du pourcentage. J’ai lu l’article d’André Billy, on me l’a signalé de tous côtés. Je vais lui écrire. J’étais ravie; tout de même on peut dire qu’ils sont assez moches, les autres.

S’il a un M[arie] L[aurencin] de vous, je tiens à lui faire quelque chose dedans. Gallimard ne m’étonne pas,  je ne compte pas pour eux, pas assez cérébrale ni existentialiste pour ces bourgeois, même pour Jean Paulhan»

________________

Belle lettre de caractère . (3 pages in-16).

Grande amie de Marie Laurencin, la femme de lettres George-Day (1893-1971) lui consacra une étude, Marie Laurencin (éditions du Dauphin, 1947) et publia deux ouvrages illustrés par elle: Suite à moi-même (1953) et Propos sur l’homme (1957). Née Yvonne Georgette Dayres, épouse de Louis Debeauvais, elle publia de nombreux ouvrages, recueils de poésies, romans, essais, biographies, etc., et fut secrétaire générale de la Société des gens de lettres de 1946 à 1967.

 

ref:cl/pei